Today News

11 décembre 2018

TOTEM par Le Cirque du Soleil

TOTEM

L'origine des espèces

Le Cirque du Soleil présente actuellement à Paris un spectacle hallucinant de beauté et prouesses artistiques et intitulé TOTEM. Cet événement retrace le périple fascinant de l’espèce humaine, de son état primitif d’amphibien jusqu’à son  désir de voler. Les créatures de TOTEM évoluent sur une piste en forme de carapace de tortue géante ou dans les airs. Ce spectacle pose un regard interrogatif sur l’évolution humaine et les  rapports de l’Homme avec les autres espèces vivantes.

 Au résultat une succession de scènes d’une éblouissante beauté où rien n’est laissé au hasard pour rendre les spectateurs médusés et heureux.

Entreprise québécoise de divertissement artistique spécialisée en cirque contemporain, le Cirque du Soleil se distingue par une vision artistique différente du cirque traditionnel, avec notamment l'absence d'animaux, une grande importance donnée aux jeux de comédiens, et en basant principalement ses productions sur des numéros d'acrobaties.

Le Cirque du Soleil emploie aujourd'hui plus de 5 000 personnes dans le monde parmi lesquels des milliers d’artistes dont certains sont des anciens sportifs professionnels reconvertis

Se qualifiant de « Cirque citoyen », l'entreprise participe entre autres au financement d'associations dans une vingtaine de pays différents sur cinq continents et a créé un programme international « Cirque du Monde » pour aider les jeunes en difficulté. Elle se penche également sur la problématique du développement durable et de l'environnement, notamment par le biais de son fondateur Guy Laliberté et sa fondation « One Drop » dont la mission est de lutter contre la pauvreté dans le monde.

Côté musique, depuis ses débuts, le Cirque du Soleil se démarque des cirques traditionnels par l'utilisation de pièces musicales composées spécialement pour ses spectacles et utilisant des styles variés. Chaque bande originale s'inspire du thème du spectacle pour adapter l'atmosphère musicale à l'univers de ce dernier.

C'est ainsi que l'on retrouve des styles musicaux aussi élargis que le tango, le klezmer, le jazz, la musique électronique, le rock, le hip-hop,  la new wave et la musique classique. La Musique du Monde somme toute !

Un ravissement pour tous les publics à ne pas manquer pour cette fin d’année ! 

Lieu : Plaine de Jeu de Bagatelle – Bois de Boulogne

Réservations : https://www.cirquedusoleil.com/fr/france/paris/totem

1 CDS_totem_carapace_OSA_PS_TOTEM_ (7)

2 CDS_totem_crystal men_OSA_PS_TOTEM_ (3)

3 1957_OSA_PS_TOTEM_1980

4 1957_OSA_PS_TOTEM_2285

5 1957_OSA_PS_TOTEM_3504

7 18_Finale_071-3380532537-O

Claude ABITBOL

Photos OSA Images / Costumes: Kym Barrett / ©2010 Cirque du Soleil Inc

 

Posté par parisinfos à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 décembre 2018

ANNA KARENINE Ballet Boris EIFMAN

ANNA KARENINE

Ballet Boris Eifman

 Au Palais des Congrés à Paris

Courrez vite voir cette adaptation moderne, hallucinante de beauté et d’énergie présentée au palais des Congrés par la Troupe  de Ballet Eifman de Saint Pétersbourg.

En choisissant l’histoire du triangle amoureux, extrait du roman de Léon Tolstoï, le chorégraphe Boris Eifman, donne une image pathétique de la descente aux enfers de cette femme infidèle et mère indigne prête à tout pour un nouvel amour.  Au résultat, on assiste à des scènes étonnantes, des prouesses chorégraphiques d’une surprenante beauté tant pour les portés, les pas de deux que pour les mouvements d’ensemble, le tout sur une musique sublime de Tchaïkovsky.

Déroutante et originale est la transformation de l’héroïne, face au jugement de la société, sortant de la  chrysalide d’un monde de normes sociales pour rejoindre celui irréel et narcotique de son chemin vers  la mort.

Magnifique et grandiose lest a danse du Transibérien, reconstitué  symboliquement par la société elle –même, qui broie Anna dans le  tableau final. 

Un ravissement à ne pas rater en cette fin d’année !

Un spectacle en tournée dans toute la France

 infos et réservation sur : www.franceconcert ?

Anna Karenina

Anna Karenina

Anna Karenina

Photo by Katerina Kravtsova

Claude Abitbol

Photos : Souheil Michael Khoury et Katerina Kravtsova

Posté par parisinfos à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

GATKA - Art Guerrier séculaire du Punjab

Giorgi Khinchikashvili
Les voies martiales de la liberté
 
                                                                                        Texte : Claude Abitbol
Photos : Yannick Verdier et Claude Abitbol
Né à Tbilissi, capitale de la Géorgie, faisant alors partie des quinze Républiques de l’Union Soviétique, Giorgi Khinchikashvili découvre dès sa naissance les arts martiaux. Son père Nodari, est un ancien soldat de l’Armée soviétique, qui en poste en Allemagne en 1974, enseignait déjà la lutte gréco-romaine. Nodari a pratiqué ensuite le karaté dans sa ville de Tbilissi dans les sous-sols de son immeuble à l’heure où le karaté était encore interdit par la Russie. Il ouvre en 1989 son premier dojo en tant qu’instructeur de Karaté (4 Dan WKF World Karaté Fédération) et enseigne son art dès 1986 à son fils, alors âgé de 6 ans. Le jeune Giorgi se plait à apposer aux murs du dojo de son père, aux côtés du portrait de Sensei Funakoshi, les photos en noir et blanc et posters en couleurs de Bruce Lee et de héros américains de kick boxing.  
En 1992, peu de temps après l’accession de la Géorgie à son indépendance, Giorgi devient champion de Karaté shitoryu de Tbilissi. Puis de 1993 à 1999 il remporte 5 fois le Championnat de la Géorgie dans cette discipline. Il diversifie alors ses compétences martiales et devient en 1995 champion de Géorgie en kickboxing. L’année suivante c’est en Karaté Koshiki qu’il remporte ce Championnat dans sa catégorie.
    Giorgi rêve du Japon. Il poursuit son ascension en enchaînant performances et résultats tant en Russie qu’en Géorgie. Il est notamment fier de rappeler son passage de 2è Dan en Karaté Koshiki avec le Président de Fédération Mondiale, Masayuki Kukan Hisataka, 9è Dan de Karaté Koshiki, qui lui demande de contribuer à développer où qu’il se trouve, la pratique du Karaté Koshiki.
    Courant de l’année 2000 les conditions de vie de sa famille deviennent particulièrement difficiles, notamment à cause des restrictions imposées par la Russie avec laquelle la Géorgie tient péniblement le bras de fer. Après de mûres réflexions, Giorgi Khinchikashvili, décide en 2001 de quitter son pays en compagnie de sa femme Vériko et de leur fille Lia, âgée de 4 ans. Destination la France, où Giorgi entreprend alors avec sa famille un long parcours espérant les mener tous vers le statut de réfugiés, leur objectif primordial. Tout en apprenant le français Giorgi enchaîne tous les types de boulots que, notamment, la restauration ou le BTP lui offre. Les surcharges horaires sont difficiles à gérer, mais il tient à continuer de pratiquer le karaté. C’est donc tôt le matin ou tard le soir,  tout seul ou avec d’autres exilés comme lui, qu’au sein du parc des Buttes Chaumont et les jardins publics de Paris qu’il s’adonne à sa passion. La pratique des sports de combat lui manque et lorsqu’un de ses amis l’invite à assister à l’une des éditions du Festival des Arts Martiaux à l’ex Palais Omnisport de Bercy, son âme de guerrier dans l'esprit du Budo est à son comble.     Désormais son autre objectif est de se remettre aux sports de combat de façon professionnelle en souhaitant donner des cours à son tour, comme son père.
    Hébergement dans la promiscuité via le 115 notamment ou les plateformes du SAMU, épiceries sociales et restaurants du cœur, la famille Khinchikashvili s’accroche et résiste. Mais cela n’empêche pas Giorgi de se montrer disponible aux autres, à ceux notamment venus comme lui, mais avec encore moins de bagages et de moyens tant matériels, que spirituels ou intellectuels, mais tous rencontrés le plus souvent à l’église géorgienne de Paris.
    Courant 2002,  en passant les frontières illégalement, Giorgi part à Lisbonne pour disputer le Championnat de Karaté Koshiki, qu’il remporte haut la main.
    En 2004, l’association «Mouvement et prospérité par le sport » lui propose de dispenser bénévolement des cours de Karaté Koshiki. Il accepte avec plaisir. C’est sa première prestation en France en tant qu’instructeur. Mais il comprend qu’il doit passer les examens ad hoc pour devenir un Instructeur fédéral.
    Un beau jour de mars 2006 la nouvelle attendue arrive : la Préfecture de Créteil délivre enfin à la famille Khinchikashvili leur premier titre de séjour en France. Cette nouvelle donne le vrai départ des ambitions tant professionnelles que passionnelles de Giorgi pour une pratique intensive des Arts Martiaux et pour les enseignements qu’il a toujours rêvé de dispenser.
    Giorgi va alors suivre des formations et certifications professionnelles liées à son emploi dans la sécurité incendie, avant d’être embauché dans la spécialité.  S’en suit alors une période de plusieurs mois d’apprentissage intensif et bipolaire où cours théoriques sur la biologie du muscle et de l’effort liés à la préparation au Brevet d’Instructeur Fédéral et séances de sauvetage sécurité et surveillance dans le cadre de sa formation technique professionnelle, s’entrecroisent, mais qu’importe, les objectifs doivent être atteints. Dès 2006, il est employé chez Microsoft.
    Cette même année, Giorgi fait la rencontre de maître Patrice Reuschlé – 5è Dan d’Aïkido Aïkikaï. Il se prend de passion pour cet art martial dont l’esprit d’esquive, d’agilité et de droiture face à l’adversaire le fascine. En 2009,  Giorgi acquiert à Paris son 1er Dan d’Aïkido- Aïkikaï, puis en 2011 il obtient son Brevet d’Instructeur Fédéral, ce qui lui permet de concrétiser son rêve d’intégration en France par sa contribution à l’enseignement et au développement de la pratique des arts martiaux.
 
C’est en 2012 que Giorgi rencontre son nouveau maître guerrier. Il s’agit de Gaby Michaeli (7 è Dan de Karaté et de Krav Maga). Gaby est entraîneur militaire des unités spéciales de combat de la Force de défense d'Israël. C’est un Instructeur de Krav Maga, cette nouvelle tactique de combat qui « combine toutes les autres ». Ce système de défense sophistiqué, d’esquive ou d’attaque pour la défense d’autrui, armé ou non armé, inclut une méthode d'altercation verbale allié au combat corps à corps. Pas étonnant que cette technique soit recherchée dans la formation des forces de sécurité à travers le monde aujourd’hui. Gaby Michaeli est également instructeur de tir, cela contribue à l’acuité de sa vision des scènes d’affrontements et la précision de tous ses gestes. 
    En 2013 Giorgi Khinchikashvili obtient son 2è Dan d’Aïkido, puis devient Instructeur de Krav Maga (World Security and Self Défense Academy). Il crée alors sa propre association FSSA (France Security And Self Defense Academy) et ainsi, l’aventure continue. Giorgi obtient notamment de la Mairie de Paris l’affectation de plusieurs salles de sport pour dispenser ses cours d’Arts martiaux à des créneaux horaires programmés : Aïkido au profit du personnel de la SNCF, cours spécifiques de Krav maga de tous niveaux y compris pour les enfants, dans le 18 e arrondissement de Paris. Récemment son père Nodari l’a rejoint à Paris et c’est ensemble que ces deux générations d’instructeurs d’arts martiaux  dispensent de nombreux cours dans les quartiers populaires de la capitale et ce quasiment à prix coûtant.
 
Il faut ajouter au palmarès de Giorgi le 3 è Dan d’Aïkido Aïkikaï  acquis en 2016  à Paris, titre qui lui a été délivré par le Doshu, Ueshiba Moriteru (petit fils de fondateur de l'aïkido, Morihei Ueshiba) ce dont Giorgi, le « japonais dans l’âme » est fier.
     Aujourd'hui la collaboration entre Gaby Michaeli et Giorgi Khinshikashvili bat son plein: les deux athlètes organisent un prochain stage à Paris début avril 2017.
    Giorgi reconnait volontiers que depuis son enfance il a toujours été à bonne école, grâce aux Sensei (maîtres) dont il était le disciple,  guidé toujours par la bonne étoile qui l’a conduit en France il y a près de 16 ans. Chercher si nécessaire refuge pour mieux se battre après est son credo. «La réussite en toute chose s’obtient par le travail et sa propre expérience personnelle en exigeant beaucoup de soi »  Giorgi considère modestement que les arts martiaux sont comme un lieu de vie, un lieu où toutes les composantes de la vie sont rassemblées : le respect des anciens, l’exigence envers soi-même dans l’effort, la générosité pour les autres, la modestie dans la réussite, le courage dans l’échec, la volonté de servir la seule cause digne d’intérêt : celle du cœur
Contact  www.krav-maga-paris.net

IMG_5426

IMG_5427

IMG_5428

Posté par parisinfos à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]